Skip directly to content

Présentation

L'Artiste

Goïta Gaoussou

Originaire de Niono dans la région de Ségou, région rizicole et cotonnière, Gaoussou GOÏTA  est fils de tisserand.
Il a commencé son apprentissage dans la couture à Bamako avant de prendre le chemin de l’aventure en 1990. Passant par le Burkina faso (quelques semaines), le Cameroun (quelques mois), il arrive, début 1991 au Gabon où il exerce son métier de « tailleur ».

Quelques années plus tard en 1998, il se retrouve  à Paris.
Parallèlement à une activité professionnelle régulière (dans le prêt-à-porter puis dans la gravure sur métal), il confectionne sur mesure pour une petite clientèle dans un foyer de travailleurs  immigrés baptisé :
« foyer quai de la gare ».     

Saisissant l’opportunité d’une formation continue, il entre à l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne, ce lieu recherché où sont passés de grands noms de la Haute couture comme Yves St Laurent. Il y approfondit certaines connaissances et en acquiert d’autres notamment le moulage, le patronage, le montage et la réalisation de vêtements à volume.
 
Sa formation terminée, il se lance dans ce que l’on peut appeler « la bataille du coton  malien » avec les armes qui sont les siennes :
une création qui se veut originale, décomplexée et innovante en utilisant presque exclusivement du coton biologique malien dont il se veut le défenseur acharné

Il mène ce combat en tandem avec ...

 

 

Management

Sory Guindo

Plus qu’un partenaire, c’est un complice qui, après des études supérieures en Lettres modernes et en Linguistique, a fait ses armes dans le textile comme son père l’a fait naguère à la Compagnie française pour le développement des fibres textiles (CFDT) au Burkina faso.

Obligé d’interrompre ses études pour travailler, il intègre l’une des plus grandes sociétés textiles du moment au « Sentier » (Les TIssus Marey), ce bastion du prêt-à-porter féminin parisien.

Homme de contact et passionné de mode, il a été un témoin privilégié du parcours très difficile («la galère » osons l’expression !) de nombreux stylistes africains des années 1975 à 2000, tels la Béninoise Gisèle Gomez, les Camerounaises Micheline Tatou et Vicky Toudou, le Nigérien  Alphadi, l’Afro-asiatique Almen Gibirila et bien avant eux, le Malien feu Chris Seydou. Il a su se forger une solide idée de l’organisation et du fonctionnement des ateliers de coupe et de montage, du matériel indispensable à ces activités.

La rencontre Guindo/Goïta (GG) n’est donc pas tout à fait un pur hasard. Nul doute que l’alliance de l’expérience de l’un et du savoir-faire de l’autre saura porter haut un projet si noble dans ses objectifs.